7 signes qui démontrent que vous êtes totalement addict au porno

Comme l’OM, cet article va aller droit au but en vous démontrant concrètement les signes qui doivent vous alerter sur votre addiction au porno. Je tiens à préciser toutefois qu’il s’agit de mon interprétation personnelle en tant qu’ancien addict au porno.

 

Vous n’êtes pas obligé de présenter tous ces signes pour être addict à la masturbation devant du porno.

 

Relever le challenge du no-fap : https://www.stopfap.org.

 

1) Vous êtes dans le rouge tous les mois à cause du porno

 
Lorsque j’ai crée le « sulfureux » site pornjebande.fr, j’ai eu l’occasion d’échanger avec une personne addict au porno. Parmi les symptômes qu’elle présentait, elle avait celui de se retrouver constamment en difficulté financière à cause de séances de sexcam.
 
 
Tous les soirs, elle claquait 40 balles pour « baiser » virtuellement une hôtesse par webcam. C’est un point qui ne concernera pas tous les addicts au pornos, mais je pense que c’est important de le souligner.
 
 
Car je sais que certains d’entre vous sont aux prises avec des difficultés financières liées au porno. Dans l’autre sens, on peut aussi retrouver des problèmes d’argent qui engendrent du stress… Et une envie de faire sauter le bouchon devant un bon contenu x !
 
 

2) Le manque lié au porno joue sur votre humeur

 
Pour illustrer ce second point, le premier exemple qui me vient en tête, c’est celui du film StopFap. On y voit un jeune homme aux cheveux longs, prisonnier de son addiction (je ne me rappelle plus le nom du personnage, je crois que c’est Ben…).
 
 
Celui-ci insulte sa mère, la traitant de s….. alors que la porte de sa chambre est entrouverte.
Attention, je ne suis pas en train de dire que vous allez insulter tout le monde parce que vous êtes addict à vous masturber devant du porno.
 
 
Je dis simplement que cela a un impact négatif sur votre humeur générale. Vous pouvez aussi vous sentir triste, déprimé, éprouver un sentiment de frustration interne. Cela dépend de chacun. Pour ma part, je dirais que le porno était une sorte d’anésthésiant contre les difficultés de la vie.
 
 

3) Votre érection en prend un coup quand vous êtes avec une vraie partenaire

 
 
Expérience vécue : quand vous vous retrouvez face à une vraie partenaire, et que votre seul repère sexuel était les films pornos/érotiques, votre érection peut en prendre un coup. Soudainement, vous quittez le monde des avions de chasse pour le monde réel.
 
 
Si c’est votre première fois, vous allez forcément avoir du mal à prendre du plaisir en dehors du porno. Il est important d’en parler à votre copine/copain, de ne pas masquer votre vérité intérieure.
 
 
De toute façon, si vous ne dites rien, vous serez cramé. Et autre point important, ne soyez pas trop exigeant avec vous-même au lit. Vaincre une addiction n’a rien de facile, et, encore une fois, il vous faudra du temps et de la patience pour vous en détacher.
 
 

4) Vous avez des pratiques déviantes qui peuvent amener à enfreindre la loi

 
Pin-pon, pin-pon,pin-pon… J’essaye d’ajouter un peu de légereté à ce passage de l’article, mais sachez que dans certains cas, le porno peut vous amener à avoir des pratiques déviantes. Qui finissent par une forte envie de votre part de les voir se manifester en vrai.
 
 
Cela peut aller très loin dans des cas extrêmes : zoophilie, pédophilie, exhibition en public, harcèlement sexuel pouvant amener à des agressions sexuelles… Toutes ces déviances se retrouvent dans le porno.
 
 
Je vais là aussi reprendre un témoignage du film sur le stop-fap, avec l’un des personnages qui est supposé être le modèle à suivre, en termes d’abstinence. Or, il se retrouve encore confronté à ses pulsions antérieures. Et subit un rappel à la loi.
 
 

5) Le porno est votre priorité numéro 1

 
 
Si mater du porno est devenu votre priorité, supplantant le reste de votre vie, alors c’est clairement qu’il s’agit d’une addiction sévère. Vous êtes sur la pente descendante, et il va falloir corriger cela, sous peine de passer à côté de certaines expériences agréables de l’existence.
 
 
Imaginez ce sur quoi le porno peut avoir un impact négatif : une vie sociale équilibrée, l’inscription à une nouvelle activité, aller voir un concert, être performant au travail, attirer et séduire les femmes, avoir des buts précis, construire une entreprise…
 
 
Bref, la liste des choses auxquelles vous accordez moins d’importance que le porno est longue, et dommageable pour votre vie. Vous méritez sincèrement d’être bien dans vos pompes. Et c’est un devoir commun à tous, sans pour autant verser dans la niaiserie.
 

6) Vous avez du mal à vous engager dans des relations sociales

 
 
-Salut mec, c’est Harold. Tu veux prendre un verre avec machin samedi soir ? C’est pour fêter la fin de ce putain de covid !
-Sorry gros, je… Je suis occupé ce soir là (sueur).
-Genre, t’as une meuf ? T’as pécho Léa, enfin ? Tu seras pas mage noir alors !
-Non. J’ai juste, euh… Ma mère qui compte sur moi pour un déménagement.
-Ok je vois. Un bon petit mito des familles, quoi. Tu me déçois, gros. Sincèrement. Bah écoute, éclate toi bien avec ta daronne et tes cartons. Bonne soirée !
– …
 
 
Je vous ai résumé ici un dialogue type, entre un jeune homme qui ne souffre pas d’addiction au porno (du moins en apparence), qui semble mener une vie sociale épanouie, et qui se retrouve confronté au refus d’un ami.
 
 
Bien sûr, il s’agit d’un exemple, et ce n’est pas parce que vous allez refuser une invitation un samedi soir que vous êtes forcément accro au porno. Simplement, j’ai déja vécu ce genre de situation avec certaines personnes.
 
 
Si le porno prend le dessus sur votre vie sociale, que vos amis comptent moins que les actrices x que vous avez l’habitude de regarder, c’est sans doute que vous avez besoin d’aide.
Pour un appel gratuit, vous pouvez me joindre à l’adresse suivante : ericmarstonbusiness@outlook.com
 
 

7) Vous êtes mal à l’aise avec les femmes

 
 
Le septième point qui peut confirmer une addiction au porno, c’est le fait d’être mal à l’aise avec le sexe opposé. Je ne vous cache pas que j’en porte encore les séquelles, et que je tente de m’améliorer sur ce plan-là.
 
 
Le mal-être avec les femmes/hommes, selon vos préférences, peut se traduire par un complexe d’infériorité. Au niveau comportemental, cela peut se traduire par de la mysoginie, du sexisme, une rancoeur envers la gente féminine.
 
 
Il est aussi important de ne pas placer les femmes sur un piédestal. Elles ont leur défaut, comme vous. Ce ne sont pas des princesses parfaites, ni même des princesses tout court.
 
 
Si vous croisez une jolie fille dans la rue, que vous avez envie de lui parler, vous pouvez utiliser cette astuce à la fois dégueulasse et toute simple pour vous décomplexer : rappellez vous que, chaque jour, elle chie comme vous.
 
 
Certes, cela ne sort pas d’un bouquin de psy, mais il suffit parfois d’un peu de bon sens pour atténuer vos complexes.
 

8) Bonus : un test d’évaluation pour connaître votre seuil de consommation à risque de porno

 
Pour finir cet article, voici un petit bonus pour vous : un test pour évaluer votre degré d’addiction au porno. Après quelques petites recherches en ligne, j’ai déniché ce test. Je me suis dit qu’il serait bien de l’adapter à ma sauce.
 
 
Le but n’étant pas de copier bêtement le travail des autres, je le rappelle pour certains rageux. Voici quelques questions auxquelles vous pouvez répondre par oui ou par non :
 
  • Vous avez le sentiment que le contenu porno fait complètement partie de votre vie
  • Vous vous servez du porno pour vous apaiser
  • Vous avez l’impression que regarder du porno impacte votre vie sexuelle
  • Vous regardez de + en + de Porno pour continuer à avoir du plaisir
  • Vous avez essayé plusieurs fois d’arrêter, sans succès
  • Vous êtes anxieux si l’on vous empêche de mater du porno
  • Pendant la journée, vous réfléchissez au plaisir que vous prendriez en consultant du porno maintenant 
  • Regarder du porno supprime vos émotions négatives
  • Regarder du Porno impacte votre vie en général (nuit à votre potentiel)
  • Vous avez la sensation que vous devez regarder davantage de Porno qu’avant pour  satisfaire à vos  besoins 
  • Quand vous vous êtes promis d’arrêter le Porno, vous n’avez pas résisté longtemps
  • Vous avez tendance à vous agiter si vous ne pouvez plus mater de porno
  • Vous fixez un horaire pour regarder du porno
  • Vous êtes mal à l’aise avec le sexe opposé et vous servez du porno pour combler ce manque
 
 
Note : ce test est inspiré de la Problematic Pornography Consumption Scale (PPCS) et du modèle de mesure de l’addiction de Grifiths (2005). Je précise également qu’il ne se substitue en aucun cas à un test effectué auprès d’un psychologue clinicien.
 
 
Je précise également qu’il n’a rien à avoir avec les questions posées dans la formation « stopfap2000 ».
 
Merci d’avoir lu cet article ou écouté ce podcast !
 
eric
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *